• Ewa Staub

Restons zen... de la tête aux pieds


Vous avez remarqué que quand on s'énerve, après coup on en parle comme si ce n'était pas nous qui agissait? On dit "je ne sais pas ce qui m'a pris", "j'étais hors de moi", "je me suis emporté" (ok, mais où?...).


Ensuite, souvent, on regrette et on se dit qu'on aurait mieux fait de garder son calme. Pourquoi c'est si difficile?

Il y a plusieurs écoles qui donnent leur réponse. On parle de "l'inconscient", du "saboteur", de "l'enfant intérieur". Et de plein d'autres concepts encore.

Il y a du vrai dans tout cela, mais ce n'est pas pour autant que ça devient facile d'y travailler.

Par contre - si l'on se pose la question de ce que c'est


exactement ce "saboteur" - ce quelque chose qui "nous prend" dans les moment de stress, on arrive à la question des


RÉFLEXES ARCHAÏQUES


Et à ce moment, le travail sur la zen attitude devient un jeu d'enfant.


Pour faire simple - nous essayons tous les jours de nous comporter raisonnablement. C'est à dire, en nous servant uniquement de notre raison, en mettant nos émotions et nos réflexes en sourdine, ou carrément en les ignorant. Malheureusement nos émotions ont souvent raison de notre raison, parce qu'elles sont plus anciennes que lui (elles habitent notre cerveau limbique, qui est plus ancien que notre néocortex, siège de la raison). Et il y a pire - nos réflexes. Ils sont encore plus puissants que nos émotions parce qu'encore plus anciens.

Dans les moments de stress majeur ce sont eux qui prennent la relève, en ignorant totalement tout ce qui est raisonnable. Nous nous sentons alors "hors de nous", comme si quelqu'un d'autre agissait à notre place. Et si cela nous contrarie, il est naturel que nous avons envie de traiter ce "quelqu'un d'autre" de saboteur.

Alors, en réalité, ce saboteur est à la base notre meilleure ami. C'est le messager de notre mémoire ancestrale qui est responsable de la survie de l'espèce. Qui nous fait retirer la main du feu, grimper sur un arbre si un loup nous attaque ou s'accrocher à une liane quand on tombe de l'arbre.

Le travail sur les réflexes archaïques permet de faire sa connaissance, d'apprendre à l'aimer (donc à s'aimer soi-même plus profondément) et à collaborer avec lui pour que, dans les moments le plus stressants, il devienne notre allié et qu'il ne sabote plus les projets que notre raison (le néocortex) a mis en place.


Dans les notes suivants, vous trouverez les informations sur ce que c'est exactement les réflexes archaïques, quelles domaines de notre vie ils touchent et, bien sûr, comment les apprivoiser (autrement dit - les intégrer dans notre vie).


1) Les réflexes de la petite enfance - qu'est-ce que c'est?

2) Comment le fonctionnement réflexe devient le fonctionnement conscient, ou comment on devient adulte.

3) La sécurité intérieure :

- Réflexe de paralysie par la peur (RPP)

- Réflexe tendineux de protection

- Parachute

4) La satisfaction et joie de vivre:

- Réflexes faciaux

- Réflexe palmomentonnier de Babkin

5) Équilibre et confiance en soi

- Réflexes posturaux

...

1 vue0 commentaire