Rechercher
  • Ewa Staub

Les activités c'est super. La finalité c'est encore mieux.



Imaginons un enfant. Disons que c'est un petit garçon et qu'il s'appelle Thibaut. Imaginons-le regarder son papa qui vient vers lui avec les bras chargés de morceaux de bois et d'une caisse à outils.

Oui, parfaitement. Il n'apporte ni la tablette, ni le nouveau jeu de PS4, ni même une boite de Lego. Juste du bois, des clous, la scie et le marteau.


Accessoirement une règle et un gros crayon.

Spécifions que Thibaut est petit; ce n'est pas un fan de télé et il ne fait pas "pffff..." quand on lui propose autre chose qu'une sortie foot. Il regarde donc son père avec intérêt.

Spécifions aussi que le père est disponible et que de venir vers son fiston avec tout cet attirail ne l'ennuie pas et ne le prive pas de précieux temps de détente (devant un match à la télé). Et que son prénom c'est Marc.

Le père dépose le bois devant le gosse et lui dit: "choisis les planches longues comme ton bras et aligne-les". "Oh, se dit Thibaut. Il y a, dans ce tas de bois, des planches qui se ressemblent. Voyons voir". Et il sélectionne les planches. Wow. Elles sentent bon la forêt. Mieux que le Lego, finalement.

Marc observe et dit: "Très bien fiston. Maintenant on va regarder tous les deux comment les fixer ensemble pour qu'elles fassent un rectangle. On va faire en sorte qu'il soit solide et droit".

Et le jeu commence. Pendant toute la matinée, les deux mecs scient, clouent, mesurent, se soufflent la sciure à la figure et rigolent. Il y a deux ou trois coups de marteau qui sont partis sur des doigts, mais rien de grave. Ils ont dit à la maman qu'elle peut aller manger avec une copine ou prendre un bain, parce qu'ils vont juste pique-niquer en travaillant.

Au milieu de l'après-midi Marc dit à Thibaut: "Regarde, mec. Tu as construit une cage à lapin. Elle est spacieuse, robuste et on voit qu'un homme qui l'a faite sera capable de s'occuper d'un lapin ou même deux. On ira tous les deux chercher tes lapins jeudi après l'école."


Qu'est-ce qui s'est passé pour Thibaut pendant cette matinée?


Au niveau de la motricité fine et de la concentration :

Il a fait l'équivalent d'une centaine* de séances de la psychomotricité. Simplement, parce qu'il a pu associer le plaisir de bricoler avec le plaisir de partager du temps avec son papa. Ils ont pu chercher ensemble les solutions. Thibaut a observé que ses mains créent quelque chose qui fera partie de sa vie. Son cerveau, son cœur et son corps ont collaboré et ses yeux ont vu à la fin que, à travers son travail, il est devenu compétent dans la construction des maisons pour les lapins.


Au niveau de la confiance en soi :

"Je SUIS le constructeur des maisons". OK, pour l'instant des maisons pour les lapins, mais qui sait. Quoi qu'il m'arrive maintenant - j'ai une mauvaise note en allemand, les copains se moqueront de moi si je tombe du vélo, on me traitera de maladroit si je renverse une assiette à la cantine - une partie inébranlable de moi, validée par le fruit de mon travail et par le regard de mon père, me permettra de me relever et de me reconstruire.


Au niveau affectif et au niveau de la construction de la personnalité:

Marc n'a pas eu besoin d'applaudir son fils. Ni de lui dire à quel point il l'aime. Thibaut avait tous les éléments pour que ce soit clair pour lui comme de l'eau de roche. Son cœur a pu lui donner les preuves en béton:

"Je vois que mon papa est heureux quand il passe du temps avec moi - donc il m'aime."

" Mon papa dit que jeudi on ira chercher les lapins - donc il estime que je travaille bien. Dans ce cas, il est fier de moi. Je suis quelqu'un qui rend son père fier."

Cette certitude - "Mon papa est fier de moi" - que Marc confirmera dans le magasin des lapins, en parlant du bon travail de son fils - évitera à Thibaut la recherche de la reconnaissance à travers les applaudissements, les compliments et les autres signes d'affection. Puisqu'il n'aura pas un vide à combler à ce niveau-là, il évitera le piège de l'inflation narcissique. Qui est un vrai fléau de nos jours :-)


Pour résumer cette réflexion en deux phrases : les activités, aussi chouettes soit-elles, ne suffisent pas pour construire nos enfants. Ils cherchent, tous, sans exception, le résultat. La finalité qui leur montre que ça a valu la peine de se donner la peine.

14 vues

©2019 par apprentissages mouvements émotions. Créé avec Wix.com