• Ewa Staub

Il ne dort pas!

Dernière mise à jour : 6 juin

#bercements #hyperactivité #relaxation #TDA #TDAH

Oui. Nous sommes nombreuses et nombreux à nous lever la nuit, réveillé(e)s par les pleurs, les cris ou par "maman, est-ce que je peux dormir avec toi??"

Au début ça passe, mais quand nous accumulons, pendant des semaines et des mois, les heures de fatigue, les retards au travail et l'énervement qui va avec, cela devient bien pénible et nous nous surprenons à avoir des pensées peu bienveillantes quand nous sommes obligés, pour la millionième fois, de nous lever en pleine nuit et de gérer la millionième crise.


Et on ne soupçonne pas à quel point la solution à notre problème est facile.


Je me souviens les premières mamans à qui j'ai montré la technique des bercements. Je n'avais pas encore d'expérience, je savais juste que je dois montrer les techniques qu'on m'a apprises pendant ma formation.

Quel était donc ma surprise quand des coups de fil enthousiastes ont commencé :

"Madame Staub!! Depuis le premier soir où on l'a fait, Raphaël dort comme une souche! Du coup - sa sœur aussi! Et moi! Et mon mari!! Et toute la famille se réveille reposée!! Et nous ne nous disputons plus le matin et nous ne sommes plus en retard! C'est un miracle!!"


J'avoue, au début je ne croyais pas mes oreilles, je me disais que c'était trop beau pour être vrai et que c'était sans doute le hasard. Le premier, le dixième, le cinquantième.

Finalement, par la force des choses, je suis devenue une grande fan des bercements.

Alors, chères mamans, chers papas - si vos nuits sont pénibles et si vous vous dirigez droit vers la fatigue chronique - prenez 10 minutes du soir pour - aussi banale cela puisse sembler - bercer votre petit bout de chou.

Dans notre jargon des thérapeutes, nous parlons plutôt de mouvements rythmés que de bercements et nous en distinguons des différents types - actifs, passifs, costaux, latéraux et ainsi de suite. Ici, je vais simplifier les choses et parler d'un protocole aussi rapide qu'efficace, qui doit servir à vous téléporter avec votre enfant dans un endroit de rêves (au sens propre et figuré), où on ne peut faire autrement que de s'endormir paisiblement et pour des longues heures. Alors, voici...


...la recette du dodo paisible:

Premièrement, on prend une profonde respiration et on calme dans notre tête l'envie de donner à l'enfant un ordre sec de se calmer. Puisque nous savons que cela ne servira à rien.

A la place, nous regardons le petit être malheureux et nous nous posons la question sur ce qu'il est en train de vivre.

En gros - il est tendu. On ne peut pas dormir quand on est tendu.

Les trois endroits clé dont nous nous occuperons pour détendre notre jeune noctambule seront:

  • la nuque,

  • le bassin / les abdominaux,

  • les tendons d'Achille.


Commençons par les tendons d'Achille: pourquoi sont-ils tendus et pourquoi il est important de les relaxer?

Quand nous nous sentons en danger, tout notre corps se met en mode "fuir/attaquer/disparaître". Chez les petits enfants c'est le "fuir" qui prédomine. Pour nous préparer à fuir, nous nous mettons intérieurement dans une sorte de "starting bloc", prêts à bondir, avec les talons levés et donc les tendons tendus. Notre respiration devient courte et rapide, le cœur bat plus vite et notre cerveau archaïque organise toutes les fonctions de la sorte à augmenter les chances de survie.

Le rôle de la maman et du papa consiste alors à modifier cet "état d'urgence" chez l'enfant, et de le remplacer par un sentiment de sécurité et de sérénité. Pour cela, on va, tout en douceur, proposer à l'enfant de s'allonger sur le dos, s'équiper de son doudou et de nous confier ses pieds. On prendra ses pieds dans nos mains (du côté des orteils), et on poussera, gentiment et rythmiquement, le haut de ses pieds dans la direction de la tête, en initiant le doux mouvement du bercement le long de son corps.

Le mouvement est juste quand vous voyez (et vous sentez) que le corps de l'enfant se relâche et absorbe nos poussés comme une sorte de coussin d'eau, et pas comme un bâton tout raide.

Pendant que vous le bercez, dans le corps de l'enfant se produisent les choses suivantes:



  • Les tendons d'Achille s'assouplissent et se rallongent.

  • Leur rallongement entraîne le rallongement des muscles des mollets et la détente du poplité,

  • La relaxation du bassin et ensuite du dos*,

  • Le relâchement de la nuque,

  • La baisse de tension crânienne et

  • La détente des muscles faciaux.


Le temps du bercement par les pieds varie selon l'enfant. Pour moi, la manière la plus cohérente c'est de le faire sur le temps d'une comptine. Si vous la chantez ensemble, l'enfant trouvera logique que le bercement fini en même temps que la chanson et vous ne serez pas obligé de rentrer dans une négociation au sujet de l"encore" :-)


Ensuite, la nuque: une fois la détente des tendons d'Achille terminée, vous pliez (avec l'autorisation de l'intéressé) les genoux de l'enfant et vous le saisissez en-dessous, comme

sur la photo à votre gauche.

Et vous continuez les bercements, cette fois un peu plus amples, avec une nouvelle comptine (ou, pourquoi pas, la même pour une nouvelle fois).

Avec ce mouvement-là, vous massez de nouveau le dos, la nuque** et la tête, mais cette fois vous introduisez le mouvement dans les deux sens : vers la tête et ensuite vers le bas du corps. Le mouvement est donc deux fois plus ample.

En utilisant notre imagination, et uniquement l'imagination (sauf si vous êtes médecin ou chercheur en neurosciences, ce que je ne suis pas), nous pouvons faire une hypothèse de ce qui se passe dans le corps à ce moment-là: on peut supposer que, peut-être, en tirant le bassin vers nous alors que la tête du petit reste sur le coussin, nous étirons, de manière minime mais quand même, les muscles spinaux du dos. Cet étirement, peut-être, a un impact sur la position des vertèbres. Et peut-être ce microscopique repositionnement des vertèbres pourrait avoir un impact sur le liquide céphalo-rachidien qui, soumis à un mouvement rythmé tranquille, pourrait modifier un message danger/sécurité au niveau du tronc cérébral. Mais, puisque je ne suis pas médecin, je n'ai aucune idée de ce qui se passe réellement dans le corps et l'esprit de la personne bercée, je n'en parlerai donc pas et je me contenterai de faire marcher mon imagination. Et d'observer les résultats.

Enfin, les abdos:

"Maman, j'ai mal au ventre!" - ça vous dit quelque chose?...

Bien sûr que oui. Nous, les adultes, nous connaissons aussi cette sensation de l'estomac noué quand nous sommes obligés de faire quelque chose que nous n'avons pas du tout envie de faire.

Nos enfants portent souvent cette sensation pendant toute la journée, et ils se couchent avec.


Souvent, nous ne pouvons pas faire grand-chose contre cela. Souvent nous n'avons même pas les mots pour en parler avec nos petits. A part ceux qui n'aident pas, par exemple "ce n'est pas grave, calme-toi, tout va bien maintenant".***

Le bercement costal ne remplace pas les mots, mais fait merveilleusement l'affaire quand c'est le moment de dormir. Pour soulager la tension que l'enfant a cumulé au niveau de l'abdomen pendant la journée, nous l'invitons de se coucher sur le ventre, nous posons une main sur le dos au niveau des omoplates, et avec l'autre nous cherchons une bonne prise au niveau de l’élastique du pyjama. Et - de nouveau, idéalement avec une chanson douce - on initie le mouvement tranquille et rythmé de droite à gauche, en cherchant l'effet du coussin d'eau.

Il se peut que, avant que vous ne terminiez ce troisième mouvement - votre petit bout ronfle déjà.


Ainsi, avec un quart d'heure paisible investi, vous gagnez des heures de sommeil en plus et la bonne humeur du matin.




Il arrive naturellement les situations dans lesquelles les bercements seuls ne suffisent pas. Ces situations-là on essaie de dénouer pendant les séances de réflexes et de kinésiologie. Mais - encore une fois - dans des très nombreuses cas les bercements seuls augmentent considérablement la qualité de vie de toute la famille.


A vous de jouer!

... et bonne nuit...





-----

* Le dos qui, pendant le bercement, se fait doucement masser par le matelas, ce qui stimule le méridien de la vessie. Ce qui peut expliquer peut-être que les enfants qui souffrent d'énurésie, quand ils se font bercer par les pieds le soir, se réveillent le matin dans un lit sec. Il faut aussi savoir que le méridien de la vessie, selon la médecine chinoise, c'est celui qui est responsable de la gestion de la peur. Il est aussi intéressant de savoir que, en même temps que le méridien de la vessie, un autre méridien qui passe par le dos est stimulé. Il s'agit du Vaisseau Gouverneur, responsable, selon la médecine chinoise, sur le plan mental, de notre self-estime, résistance à la dépression, stabilité mentale et le niveau de vitalité.

** Si votre enfant est d'accord de faire un doux mouvement de "non" avec la tête pendant ce bercement (vous pouvez l'intégrer aux paroles de la comptine par exemple), la détente sera encore plus profonde.

*** La catégorie "maïeusthésie" de ce blog est prévue pour aborder (bientôt) le sujet de mots justes.

65 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout