IMP et la motricité

Notre corps a besoin de plusieurs éléments différents pour arriver à bouger librement et avec plaisir. Si l'on considérait que l'on prépare notre fonctionnement moteur comme une recette de cuisine, il nous faudrait des ingrédients suivants:

  • La bonne posture

  • La bonne coordination sensori-motrice

  • La bonne proprioception

 

 

Le praticien IMP prendra en charge des questions de motricité et de psychomotricité en partant des reflexes posturaux et ceux qui sont la base du développement de nos mouvements complexes et de notre proprioreception, autrement dit la façon par laquelle notre corps nous communique sa position dans l'espace.

 

La posture

Si certains schèmes moteurs sont parasités par les mouvements involontaires, les chaînes musculaires dirigeant le mouvement en question subiront une tension qui sera le point de départ pour la mauvaise posture et les douleurs chroniques.

 

La coordination sensori-motrice

Pour attraper un ballon, l'envoyer au but avec le pied choisi, éviter un obstacle, sauter à la corde, nous avons besoin de connection entre nos sens (les yeux, les oreilles) et notre système moteur. Il est donc vain d'attendre de votre enfant qu'il soit champion du foot s'il lui reste à intégrer le reflexe tonique asymétrique du cou (RTAC), mouvement automatique qui l'empêche de viser juste alors que sa tête n'est pas tournée dans la même direction que sa jambe dominante.

 

La proprioception

La proprioception signifie la perception, consciente ou non, de la position dans l'espace des différentes parties de son corps. Elle fonctionne grâce à de nombreux récepteurs musculaires et ligamentaires, et aux voies et centres nerveux impliqués. Une période très importante dans la "mise ne route" des connections nerveuses responsables de la proprioception se situe lors des premiers mois après la naissance, lorsque le bébé passe de l'environnement d'apesanteur aquatique à celui du monde aérien avec gravitation. Alors qu'avant la naissance son unique point de repère est le cordon omibical et le nombril, après la naissance il doit connecter à ce nombril ses  extensions : la tête, le sacrum, les bras et les jambes. Sans cela il ne pourra pas s'orienter dans l'espace.

Pour savoir comment la personne s'oriente dans les trois dimension, on commencera donc par tester ce qu'on appelle la radiation du nombril, et ensuite les autres réflexes liées à la proprioception, tels que le réflexe tonique labyrinthique, réflexe tonique symétrique du cou et le réflexe de parachute.

 

  • b-facebook
  • Twitter Round
  • b-googleplus